Mere trop aimante et pere cassant

jean philippe
02-07-2016
bonsoir
je n arrive pas a trouve ma voie professionnelle je me sens perdu je ne sais pas comment faire pour sortir de ma boucle infernale je n ai pas du tout confiance en moi je suis une therapie avec un psychiatre mais le probleme je ne fais pas ce qu il me conseil d autre part j ai depuis l adolescence une dermite seborique dont j aimerai bien me guerir j ai 50 ANS JE vous remercie
Sophie Hautain Nélis
10-07-2016
Cher Monsieur,

J’entends bien votre détresse qui me touche, ce d’autant plus que vous êtes en thérapie, car elle devrait être prise en charge par vos séances avec votre psychiatre.
Je ne peux me substituer par écrit et sans vous connaitre à ce travail tellement précieux et subtil. Néanmoins je vous donnerai quelques points de réflexion.

Le titre que vous avez choisi pour cet échange est déjà évocateur d’une conscience de l’origine de votre problème : « Mère trop aimante » ce qui à un moment peut être enfermant surtout pour un homme, et peut vous maintenir dans la posture du petit garçon alors que vous êtes devenu un homme. « Père cassant » ce qui ne donne pas confiance à l’enfant que vous étiez et devient un handicap dans votre vie d’adulte pour oser affronter le monde, vous y aventurer, créer, prendre des décisions et faire des choix (professionnels entre autre).
Mais vous n’êtes plus cet enfant : comme adulte, vous avez des outils pour réagir et prendre votre vie en main. C’est là que le psychiatre peut vous aider à prendre conscience de ces outils et comment les mettre en œuvre (ou lever les obstacles qui vous en empêchent).

Ne pas suivre les conseils de votre psychiatre est juste si, consciemment vous n’êtes pas en accord avec ce qu’il propose : mais il faut oser ouvrir la discussion avec lui pour voir ce qui soudent ce désaccord.
Par contre, il serait peu aidant de vous opposer systématiquement aux suggestions de votre psychiatre, reproduisant le comportement de l’adolescent que vous avez été ou auriez aimé être, adolescent s’opposant à ce père cassant : en apprenant à découvrir une nouvelle figure paternelle soutenante en votre psychiatre, vous pourriez dépasser cet obstacle et apprendre à vous positionner dans la vie, y compris la vie professionnelle. Si cela reste impossible, il faut peut être vous choisir un autre psychiatre ou psychothérapeute pour faire ce travail, un homme avec qui la confiance thérapeutique indispensable au processus peut se mettre en place et vous aider à évoluer.

« Je suis perdu » dites vous : oui, vous êtes peut être figé dans la posture du petit garçon arraché des jupes de sa mère par un père cassant qui l’a « jeté » (j’utilise ce terme à dessein face à votre terme de « cassant ») dans le monde, sans lui expliquer ce monde de façon rassurante et sans lui donner les outils pour faire face à son hostilité : c’est tellement angoissant pour l’enfant, qu’il est en arrêt sur image, figé dans ses peurs inhibitrices d’actions. Mais une nouvelle fois, je vous rappelle que vous n’êtes plus cet enfant et que des personnes (dont les psychiatres ou psychothérapeutes) sont là pour vous redonner confiance en vous et vous remettre debout face à la vie. D’autres personnes (dont je fais partie, mais en consultation) sont aussi là pour vous aider à vous reconnecter à votre puissance intensive circulant au cœur de votre corps pour vous ériger face au monde tel un homme fier d’avoir repris sa vie en main.

Enfin, la dermite est ce que votre inconscient a trouvé de mieux pour vous mettre à distance de cette mère dévorante (vous rendre intouchable) et vous en détacher : si vous apprenez à mettre vos limites, à réparer cette séparation, y mettre de la douceur mais de la fermeté et clarté, ce symptôme cutané maintenant les autres à distance (ce qui doit vous faire souffrir) pourrait se résoudre spontanément.
La dermite peut aussi être une invitation à vous détacher du regard extérieur pour entrer dans un regard bienveillant sur vous même.
J’aborderai le sujet sur le plan nutritionnel par la suite si vous l’estimez nécessaire. Faites le moi savoir.

Bonne chance dans cet apprentissage d’un repositionnement face à la vie, trouvant en vous et autour de vous les clés légitimant celui-ci.
jean philippe
20-07-2016
bonjour,
Votre reponse est eclairante et rassurante je vous en
remercie
j ai envie de faire l effort de m en sortir je vais en parler avec mon psychiatre Pour la dermite si la nutrition peut aider je veux bien de vos conseils,par avance merci beaucoup

Réagissez:

:
: