Empechement

perret
14-06-2016
j aimerai comprendre ce qui fait que je ne me donne pas la priorite en general au service des autres je me neglige pourquoi tout en le sachant c est comme si je ne m appartiens
pas comme si je n ai pas d importance merci de m eclairer
Sophie Hautain Nélis
15-06-2016
Bonjour,

Votre question est une question importante à laquelle correspondent autant de réponses qu’il n’y a d’histoire de vie. C’est donc une question à aborder dans le cadre d’une relation thérapeutique pour y trouver une réponse personnalisée. Néanmoins, je vous répondrai à partir des éléments que vous nous confiez dans la formulation de votre question.
Votre problème, je le rencontre souvent en consultation et en outre c’est un piège dans lequel tombent de nombreux soignants ou personnes dans la relation d’aide, qui est à clarifier impérativement dans ces cadres. Je ne sais si c’est votre cas.

Pour repartir de vous, de ce que vous nous dévoilez :
- Vous signez « Perret » : est ce votre prénom, votre nom, un prénom d’homme ou de femme ? Même le dictionnaire des prénoms me dit que cela peut être porté par les deux genres : je m’adresserai donc à un homme et à une femme, ce qui me renvoie néanmoins au thème de la confusion, n’aidant pas une personne cherchant à se mettre en priorité : qui est à mettre en priorité ? L’homme ou la femme en vous ? L’homme ou la femme que vous êtes ?
- « je ne me donne pas la priorité » : j’ai envie de vous demander : vous a-t-on mis(e) en priorité dès votre naissance, avant que vous ne repreniez cela à votre charge comme adulte ? Quels messages éducatifs ou religieux vous empêchent de vous mettre en priorité et choisissez vous de continuer à nourrir ces valeurs ? Ont-elles un sens pour vous ? Vous aident elles dans votre vie ? Et si oui comment ? Si vous me posez la question, je pense que c’est lié au fait que vous ne pouvez plus y donner sens. Dans la Bible il est écrit « aimes ton prochain comme toi-même » : n’est ce pas une invitation à savoir qui est ce « moi-même » avant d’aimer (vous dites servir) mon prochain, plutôt qu’une injonction de mettre l’autre en priorité envers et contre tout ?
- « Je me néglige » : à nouveau je me questionne : avez-vous été négligé(e) et êtes vous dans une répétition de ce modèle reçu dès l’enfance, seul modèle à votre disposition jusqu’à présent ? Avez-vous fait le choix conscient de nourrir ce modèle ? Vous donnez vous la permission d’en sortir ? Quel est l’enjeu relationnel avec vos parents ou éducateurs si vous en sortez ? Sachant que cet enjeu familial devient votre enjeu relationnel dans votre vie.
Est il ajusté de négliger un être « unique » comme le vôtre ? Qui mieux que vous pourrait se revendiquer d’offrir votre « singularité » au monde ? Si vous ne le faites pas, ce sera perdu pour l’humanité : quel dommage !!!
- « C’est comme si je ne m’appartiens pas » : ce n’est pas comme si, c’est !!!. Vous êtes dans un comportement adapté aux attentes des autres, mais non dans une attitude nourrissant qui vous êtes vraiment, sur base de vos valeurs, de votre élan de vie. Avez-vous été « la chose » de vos parents ou êtes vous rentré (e) par fidélité et besoin d’amour dans le modèle attendu par vos parents plutôt que dans votre propre incarnation ? N’est il pas temps de devenir vous-même ? Qui est ce « vous-même » : sans vous donner le temps de vous poser cette question, et donc de vous mettre en priorité pour trouver le temps de faire ce bilan de vie, votre vie ne vous appartient pas, vous ne vous donnez aucune valeur, ce qui n’est pas porteur de vie, de santé et de joie.
- « comme si je n’ai pas d’importance » : c’est vrai, dans ce comportement de service aux autres au mépris de vous, vous ne vous donnez aucune importance : mais en outre quelle est la partie de vous qui est au service des autres ? En êtes vous conscient(e) ? Le sauveur, celle ou celui qui à besoin de reconnaissance, d’amour ? Pourriez vous répondre à ces besoins fondamentaux plutôt qu’allez les rechercher chez les autres, ce qui rend les relations malsaines car alourdies d’implicites, à l’origine de nombreuses déceptions pour vous, déceptions cachées derrière « moi qui fait tout pour lui ou elle et voilà ce que je reçois en retour !!! » : cela ne vous est il jamais arrivé ?
- Vous me dites « merci de m’éclairer » : j’ai envie de vous préciser que la Lumière est en vous et non en moi : faites vous confiance, vous avez les réponses, mais il faut prendre le temps d’aller les chercher et si nécessaire de vous faire accompagner par quelqu’un qui pourra vous aider sur ce chemin et non vous donner des recettes toutes faites qui ne seront pas adaptées à l’être « unique » que vous êtes. Si cela vous inspire, je peux vous accompagner dans ce sens.

Il est important pour ne pas dire urgent de réaliser que vous êtes un être « unique »: l’humanité a besoin que chacun la colore de sa propre originalité même si les politiques et dirigeants veulent nous moutoniser.
Bonne route sur ce chemin d’authenticité entrepris qui est un chemin d’amour, amour de vous avant tout, pour ensuite donner de l’amour.
perret
02-07-2016
bonjour
je vous remercie de tout coeur votre reponse m est tres utile
je suis une fille et j ai manque de parents vos paroles me reconforte et je vais commencer un accompagnement therapeutique pres de chez moi vous etes trop loin merci

Réagissez:

:
: